Cures, minéraux, plantes… utiles ?

Cures, minéraux, plantes… utiles ?

Les cures, les compléments alimentaires… utiles, indispensables, néfastes ?

Suite à la question d’une amie sur l’intérêt de donner de l’huile de CBD à sa jument, m’est venue l’idée de ce poste. On souhaite tous bien faire, on cherche des produits pour que notre compagnon soit toujours en grande forme, on lui fait des cures de minéraux, de plante, de biotine, des drainages rénales ou hépatique…

J’ai envie de vous mettre néanmoins en garde. L’intention est excellente, mais les conséquences parfois non négligeables.

En premier lieu nous devons différencier ce qui relève du besoin quotidien ou du besoin ponctuel. Le cheval a des besoins bien spécifiques en nutrition au quotidien, qui doivent être couverts par son alimentation. Si ces besoins ne sont pas couverts, à l’instant T nous ne verrons rien, mais à moyen ou long terme nous verrons une perte d’état, de muscle, des symptômes de carences (avortement spontané…) Le besoin ponctuel correspond plutôt à un besoin lié à une maladie, et on y répond alors par une cure.

Faire une cure de minéraux n’a pas de sens. Le cheval a besoin de minéraux, mais tous les minéraux ne peuvent pas être mis en réserve dans le corps du cheval. C’est d’un apport quotidien qu’il faut faire. Lorsqu’on lui met à disposition un seau de minéraux à lécher, souvent on le voit se goinfrer (le seau en question contient souvent de la mélasse, ca leur donne envie …) donc il a à ce moment un apport important de minéraux (et de sucre…) mais puisqu’il n’a pas besoin de tout ca il va les éliminer. Et il attendra le prochain seau (plusieurs semaines ou mois plus tard) pour avoir à nouveau des minéraux.

Faire un drainage rénal ou hépatique sollicite l’organisme. Il est dangereux de solliciter un rein ou un foie malade. Le drainage doit donc se faire après avis vétérinaire et dans un objectif précis.

Concernant les plantes, les huiles…Tout est question de dose, de durée d’utilisation, d’objectif. Un produit « naturel » ne veut pas dire inoffensif. Le cyanure est naturel.L’ail donné sur du long terme a des effets dramatiques sur les chevaux. La biotine donnée en complètement fait que le corps n’en produit plus, ou moins. Et donc lorsqu’on arrête d’en donner, le corps met un moment à se remettre à en produire. La vitamine B1 est détruite par une enzyme présente dans la fougère mâle, très utilisée dans les vermifuges naturels. Cette carence en B1 peut être mortelle.
Donner trop peu de complément ou plante sera inefficace, en donner trop est toxique.
Booster un système immunitaire hyper actif va aggraver la pathologie ou déclencher l’apparition de maladie auto immune.
J’aime la phytothérapie, mais pour travailler dans le domaine du médicament, je sais que ces derniers sont testés, dosés, nous avons des données très précises sur leur fonctionnement, sur la posologie nécessaire… C’est hélas assez rarement le cas pour les produits pour chevaux dit « naturel » qu’on trouve dans le commerce.

N’hésitez donc pas à lire, vous renseigner sur ce que vous souhaitez donner, le pourquoi du comment, l’objectif, la dose, les interactions possible avec d’autres molécules… ou faites appel à un pro pour donner le bon produit au bon dosage (et au bon moment !)

articles similaires

MFC : Terrain d’aventure pour gérer son stress

MFC : Terrain d’aventure pour gérer son stress

Maladie de l’herbe

Maladie de l’herbe

La Teigne

La Teigne

La Douleur

La Douleur